Nos Rayons

Filtres

  • Par date
    • Toutes les dates
    • Plus de 6 mois (3)
  • Par prix
    • Tous les prix
    • Entre 10€ et 25€ (3)
  • Par état
    • Tous les états
    • Neuf (3)
    • Occasion (1)
  • Par disponibilité
    • Tous les articles
    • Dispo sous 24h (2)
    • Dispo sous 4 à 6 jours (1)
  • Par auteur
    • Tous les auteurs
    • Pierre Daum (3)
    • Annette Wieviorka (1)
    • Eve Duperray (1)
    • Sophie Wahnich (1)
3 article(s)
Filtrer : Tous | Neuf | Occasion
Rechercher dans les résultats
En Stock 10,49 € 24,40 € -57%
Expédié sous 48/72h

Ce produit est disponible en stock dans un de nos magasins et sera prélevé dans nos rayons par nos équipes dans les 24h suivant votre commande. Cette disponibilité est momentanée, nous ne pouvons pas vous garantir une disponibilité permanente (ex : un client prélève le produit dans le rayon avant nos vendeurs). Le produit sera ensuite acheminé puis expédié depuis notre centre logistique (24h à 48h)..

N'oubliez pas de prendre en compte le délai d'acheminement du transporteur (LaPoste, Mondial Relay, Retrait en magasin) pour connaitre la date de livraison.

En Stock 24,40 €

Expédié sous 24h

L'article est en stock et il est expédié le jour même ou le lendemain pour toute commande passée du lundi au vendredi (hors jours fériés).

N'oubliez pas de prendre en compte le délai d'acheminement du transporteur (LaPoste, Mondial Relay, Retrait en magasin) pour connaitre la date de livraison.

   

Ni valise, ni cercueil Les Pieds-noirs restés en Algérie après l'Indépendance

Pierre Daum (Auteur)
Le 5 juillet 1962, l?Algérie devient indépendante. Huit cent mille Pieds-noirs prennent le chemin de l?exil, mais deux cent mille font le pari de l?Algérie algérienne. Ceux-là, qui les connaît ? Depuis un demi-siècle, les seules voix audibles sont celles des Rapatriés de 1962. Et parmi eux, qui entend-on le plus souvent ? Les plus nostalgiques de l?Algérie française, ceux qui affirment qu?ils sont ?tous partis?, et qu?ils n?avaient le choix qu?entre ?la valise ou le cercueil?. Or, ces affirmations sont fausses. La seule présence, attestée par les archives, de ces deux cent mille Pieds-noirs présents en Algérie en 1963, le prouve amplement. Pierre Daum est parti à la recherche de ces hommes et de ces femmes restés dans leur pays après 1962. Certains en sont partis cinq ans plus tard, ou dix ans, ou vingt ans. De nombreux y sont morts, heureux de reposer dans la terre où ils sont nés. Aujourd?hui, quelques centaines y vivent encore. Aucun ouvrage ni aucun article, ou presque, n?en a jamais parlé. Preuves vivantes qu?un autre choix était possible, ils ont toujours été, au mieux, ignorés des Pieds-noirs de France. Au pire, ils ont été considérés comme ?traîtres? pour être restés vivre avec les ?Arabes?. Mêlant archives et témoignages inédits, ce livre permet de se plonger, à travers la vie de quinze témoins choisis pour la diversité de leurs origines et de leur parcours, dans les cinquante années de l?Algérie indépendante. Des années exaltantes quoique difficiles, dans un pays qui ne tint pas ses promesses de pluralisme et de démocratie. Un pays en butte au sous-développement, marqué par les blessures jamais cicatrisées de son passé colonial. Après Immigrés de force (Actes Sud, 2009), son premier livre-révélation sur les travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale, unanimement salué par la critique, Pierre Daum nous livre une nouvelle enquête, passionnante et rigoureuse, sur un aspect inconnu du passé colonial de la France.
» Lire la suite
Livre | Actes Sud Editions | 18 janvier 2012
Note des internautes :
» Donnez votre avis !
En Stock 23,40 €

Expédié sous 24h

L'article est en stock et il est expédié le jour même ou le lendemain pour toute commande passée du lundi au vendredi (hors jours fériés).

N'oubliez pas de prendre en compte le délai d'acheminement du transporteur (LaPoste, Mondial Relay, Retrait en magasin) pour connaitre la date de livraison.

   

Immigrés de force Les travailleurs indochinois en France (1939-1952)

Pierre Daum (Auteur)
Après soixante-dix années de silence, voici enfin mise en lumière une page enfouie de l'histoire coloniale française : le recours, pour travailler dans l'Hexagone, à une main- d'oeuvre immigrée de force. Déjà, en 2006, le film Indigènes, de Rachid Bouchareb, avait révélé un aspect peu connu de l'utilisation des peuples colonisés lors de la Seconde Guerre mondiale. Or, à cette époque, la France n'avait pas seulement besoin de soldats, mais aussi d'ouvriers, afin de remplacer les Français mobilisés. Pour les travaux les plus pénibles, comme ceux du maniement des poudres dans les usines d'armement, la France fit venir en 1939 vingt mille Indochinois de sa lointaine colonie d'Extrême-Orient. Recrutés pour la plupart de force, débarqués à la prison des Baumettes à Marseille, ces hommes furent répartis à travers la France dans les entreprises relevant de la Défense nationale. Bloqués en Métropole pendant toute la durée de l'occupation allemande, logés dans des camps à la discipline très sévère, ils furent loués, pendant plusieurs années, par l'Etat français à des sociétés publiques ou privées - on leur doit le riz de Camargue -, sans qu'aucun réel salaire ne leur soit versé. Ce scandale se prolongea bien après la Libération. Renvoyés vers le Viêtnam au compte-gouttes à partir de 1946, ce n'est qu'en 1952 que les derniers de ces hommes purent enfin revoir leur patrie. Un millier fit le choix de rester en France. Après trois ans de recherches en archives et d'enquête, menée dans les banlieues de Paris et de Marseille, et jusqu'à Hanoi et aux villages les plus reculés du Viêtnam, Pierre Daum a réussi à retrouver vingt-cinq des derniers acteurs encore vivants de cet épisode si peu "positif" de l'histoire coloniale française. C'est leurs récits qu'il nous restitue dans ce livre.
» Lire la suite
Livre | Actes sud | 18 mai 2009
Note des internautes :
» Donnez votre avis !
Stock Fournisseur 22,00 €
Expédié sous 4 à 6 jours

Ce produit est disponible en stock chez notre fournisseur qui s'engage habituellement à nous faire parvenir le produit sous 4 à 6 jours. Ce delai fournisseur est indicatif. Le produit sera ensuite acheminé puis expédié depuis notre centre logistique..

N'oubliez pas de prendre en compte le délai d'acheminement du transporteur (LaPoste, Mondial Relay, Retrait en magasin) pour connaitre la date de livraison.

   

Indochine de Provence Le silence de la rizière

Collectif (Auteur), Eve Duperray (Auteur), Sophie Wahnich (Auteur), Annette Wieviorka (Auteur), Pierre Daum (Auteur)
S'il est un récit oublié, grand absent de l'inventaire des "lieux de mémoire", c'est bien le témoignage, encombrant mais bouleversant, des travailleurs indochinois en France de 1939 à 1952. Longtemps, l'histoire a fait silence sur le visage de ces hommes qui rentrèrent chez eux après des années d'exil forcé, sans la moindre indemnisation. Longtemps, personne - dans la littérature ou par le biais de l'image - ne s'est soucié de ces vies brimées et abîmées, de ces existences préemptées et confisquées qui rendent peu disert le corps social, collectif, politique. Près de vingt mille hommes furent ainsi mobilisés par l'administration française au début de la "Drôle de guerre" et dispersés dans les poudreries nationales, aux côtés des ouvrières françaises, astreints aux trois-huit et à la manipulation de produits toxiques. En juin 1940, après la débâcle de l'armée française et la signature de l'armistice, ils furent contraints de travailler au service de la France de Vichy qui loua leur force de travail, en particulier aux Allemands. Ils subirent alors une discipline très dure. Sousalimentés, mal chaussés, mal vêtus, ils récoltèrent le sel dans les salines du delta du Rhône. C'est eux qui façonnèrent le paysage de la Camargue et l'identité de son territoire tels que nous les connaissons aujourd'hui en relançant, à une époque de pénurie alimentaire, une riziculture jusqu'alors peu prospère et peu pratiquée en France. Dans le Vaucluse, le camp de regroupement de Sorgues fut le plus important, avec près de quatre mille internés. Les "indigènes" de Sorgues furent affectés aux travaux agricoles et forestiers, en particulier à Sault, au pied du Ventoux, dans la forêt Saint-Lambert, entre Lioux et Murs, à la scierie de Notre-Dame-de-Lumières à Goult. Ils furent également employés dans les briqueteries de Bollène, les ateliers de cartonnage à Valréas, chez les expéditeurs cavaillonnais... La relation métropole-colonies fut marquée par une injustice profonde qu'encadraient diverses formes d'apartheid, de mises à l'écart, de destitutions, d'iniquités, voire de mépris. L'idée d'une condition humaine commune n'a jamais été admise. Il n'y avait pas d'équivalence entre la vie d'un "indigène" et celle d'un Français. Comment alors assumer le passé qui atteste à ce point de l'effondrement des valeurs humanistes d'une société en dégradant l'image qu'elle se donne d'elle-même ? On comprend aisément l'aphasie collective de la France vis-à-vis de ses anciens territoires lointains. Plus d'un demi-siècle après la décolonisation, la mémoire reste tronquée, mutilée, quand elle n'est pas neutralisée ou court-circuitée par cette question érigée en négativité absolue qui paralyse la conscience. L'album-recueil, ouvert sur le récit de ces itinéraires d'exil et sur une parole qui commence à peine à circuler, établit un rapport sensible à l'histoire accepté en tant que tel. Indochine de Provence, le silence de la rizière, interroge la mémoire, l'histoire, l'identité d'un département, le Vaucluse, façonné par les flux migratoires. Il pose les enjeux d'une éthique fondée sur la pensée critique revendiquée comme seule légitime pour traiter des mémoires douloureuses et oubliées du XXe siècle.
» Lire la suite
Livre | Actes Sud Editions | 3 octobre 2012
Note des internautes :
» Donnez votre avis !
3 article(s)
Filtrer : Tous | Neuf | Occasion
Rechercher dans les résultats